Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Kodo

Oct 4, 2019Evénement

Bon, cette fois-ci nous ne parlerons pas nourriture mais Taiko ! C’est-à-dire les percussions japonaises. Et pourquoi ? Et bien tous simplement parce qu’on en a envie chez Kokoro ; et oui, la vie ne se limite évidemment pas à la nourriture du corps mais aussi celle de l’esprit. Ainsi nous sommes allez voir en fait un concert de ce fameux collectif nippon que tous les gourmands de son nippon ont dû déjà croiser le nom quelque part.

 

Ce spectacle d’environ 1h45 est déjà en place depuis 2018, preuve en est le DVD qui reprends exactement ou presque ce que nous avons pu voir en cet automne 2019, même pochette/affiche aussi avec un percussionniste habillé uniquement du fundoshi japonais traditionnel (sous-vêtement type pagne mais japonais) et de deux bâtons devant la peau d’un monstrueusement grand tambour.

 

On retrouve cette pièce de percussion (O-daiko / Grand tambour donc) après une introduction tout en transe (Hitotsu), mi- traditionnelle mi- moderne, marque de fabrique de Kodo. Tout au long de ce spectacle les percussionnistes, mais aussi flutistes, alterneront pièces tranquilles et d’autres plus furieuses ; et ceux, toujours cadré au millimètre. Autre caractéristique, la chorégraphie, chaque geste (voir comment ils amènent leurs flûtes à la bouche), est pensé, et repensé ! rien de superflus, tout est au service de la musique. Pas de sourire ou très peu, ils restent placides et concentrés ce qui donne encore une autre dimension à la musique.

 

Tous ce spectacle, comme sûrement les spectacles précédents doivent beaucoup à la force du poignet si j’ose dire de ces disciples, et oui, appelons-les comme cela, car c’en ait presque une religion tant ils doivent donner de leur énergie. Par exemple, afin de rejoindre la troupe ils doivent se « former » pendant près de trois ans sans être sûr d’être pris au final, cette rude sélection permettra de dénicher les talents de demain, qui renouvelleront ces habitants de l’ile de Sado, lieu qui leur sert de « repère » !

 

Vous l’aurez compris, ce spectacle de ces esthètes japonais nous a plus qu’éblouis, il nous a déchiré le cœur et retourné le cerveau, vivement le prochain spectacle qui nous promet de nous faire voir le son ! Nous en avons peut-être eu un aperçu avec la pièce « Monochrome » avec les petits tambours, tout en douceur la plupart du temps, où ils jouent avec nos oreilles et nos yeux, en effet la façon dont sont tapés la percussion et l’enchaînement entre les différents percussionnistes donne comme par magie, une impression d’écho visuel, surprenant !