Chez nous, nous mangeons la soupe « zôni » le premier jour de l’année au matin et ce jusqu’au trois janvier. Nous faisons le mochi le 31 Décembre avec nôtre riz et nous utilisons ce mochi pour le mettre dans la soupe zôni.

Zôni est donc une soupe que nous mangeons pendant le shôgatsu, le nouvel an.

Cette soupe est différente de famille en famille et de région en région au Japon. Nous, nous la faisons avec du miso blanc et nous mettons que du mochi dans la soupe donc et juste avant de manger nous rajoutons aussi de la bonite séchée afin de relever le goût. Pour les japonais, cette soupe est le goût du nouvel an.

Cette soupe est un des nombreux mets que l’on peut trouver sur une table (ou plutôt un kotatsu) au Japon. La journée du nouvel an débute avec cette soupe mais aussi avec ce qu’on appelle « osechi », c’est à dire un assortiment de dizaine de petit mets que l’on déguste avec la soupe mais aussi son petit verre de saké. Ayant pratiqué le shôgatsu japonais, il faut quand même s’accrocher car un petit verre de saké suit un autre petit verre et ainsi de suite et cela peut durer toute la matinée, voire la journée ; cela dépend des maisons, des invités, etc…

Dans nos box japonaises, vous rencontrerez peut-être le miso angetsu, petit cracker au goût de miso, vous vous souvenez les « cinq S » ou bien la recette de Kinako Dango ? Et bien voilà encore une des nombreuses déclinaisons de cet ingrédient typiquement traditionnel au Japon.

Voilà c’est tout pour aujourd’hui, nous espérons et souhaitons aux gourmands et aux gourmandes une très bonne et heureuse année 2020, sous le signe de la souris. Et oui au Japon on suit aussi l’horoscope chinois qui comprends douze animaux et dont la souris est la première dans la série.